Recharger l'avenir

oeuvre Recharger l'avenir de Mario Cyr

Recharger l'avenir, 2011, huile sur toile, 100x100 cm
créé pour la Fédération des jeunes francophones du Nouveau-Brunswick
dans le cadre de La Recharge 2011

Synthèse de discussion
Recharger l'avenir, la perspective des jeunes ( par Robert G.Landry )
Vision, leadership, engagement et changement sont au coeur de la réflexion des jeunes. Dans leur rapport aux autres, on ressent une ambivalence, à la fois une tendance à la conformité « être populaire », mais aussi le besoin de briser les dépendances au groupe, « être différent » et de s'affirmer. Le leadership s'exprime donc avec le groupe, mais aussi en opposition au groupe. Des jeunes comprennent le besoin d'un équilibre entre soi-même et le groupe, une nécessité de s'appartenir avant d'appartenir aux autres.

On n'aime pas les étiquettes et les cliques qui existent dans notre tête. On a le choix; si tu ne peux pas t'assumer dans une gang, change de gang.

L'appartenance n'est pas obligation, mais il faut appartenir à quelque chose pour avoir le goût de contribuer.  Se sentir important face à quelqu'un, ça crée le leadership. C'est une force qu'on puise à l'intérieur de soi-même.

Le leadership responsable doit être réfléchi. T'as un problème si tu passes à l'action sans réfléchir, t'as aussi un problème si tu ne fais rien. Pour éviter de répéter les mêmes erreurs, il faut faire l'effort de réinventer et se trouver une meilleure façon d'agir. Avoir un plan et réfléchir, passer à l'action et après? On doit aussi anticiper et réfléchir pendant que ça se passe, surtout si on a l'impression que ça tourne en rond.

La réflexion amène à l'action, sans elle, on ne serait pas ici... mais, est ce que trop penser paralyse? Dans notre rapport à la société, si on veut changer le monde, il ne faut pas laisser les autres décider à notre place.

Voter, c'est distribuer le pouvoir, c'est une expression de la démocratie. La démocratie, c'est penser aux autres, s'organiser avec les autres. Mais jusqu'à quel point peut-on contrôler l'avenir? Si on ne laisse pas de place à la diversité, c'est la dictature. Peut-on avoir confiance au bon dictateur? Dicter est-il nécessaire... pour notre bien? « Le peuple » vote et porte un jugement à partir de l'information qu'on lui donne, s'il change d'idée c'est qu'on l'influence. Quel que soit le régime, on ne réussit toujours pas à éliminer la pauvreté. En démocratie, on a au moins de l'influence sur les politiques.

Pour apprendre, on doit rester ouvert sur le passé parce qu'il explique le présent. Et pour l'avenir, il faut ouvrir les portes, s'ouvrir à de nouvelles idées, même si ça comporte des risques. Les portes sont comme des opportunités... c'est à toi à les saisir. Un monde sans porte, c'est l'absence d'imagination. Une chambre sans porte c'est une prison. S'il n'y a pas de sortie, il faut la créer.

Écouter les extraits de discussion suivants :

Les populaires
Mon label
La bonne place
Plus de monde
Méchant problème
participants à l'incubateur Recharger l'avenir de Mario Cyr

L'incubateur : Recharger l'avenir
Enregistré le 5 février 2011 à la Polyvalente W.A. Losier de Tracadie-Sheila
Groupe de discussion : environ 90 étudiants, membres de la FJFNB, venus de partout au Nouveau-Brunswick
Animateur de la discussion: Alexis Couture

 

Plan de match
Panser le passé
Le pouvoir de voter
La dictature
Le communisme
Les portes ouvertes
Les portes fermées
Les opportunités
La chambre du monde

Treizième voyage du Club

Quatorzième voyage du Club

Douzième voyage du Club